« Day Spa », l’instant Bonheur / Détente immédiate en été au Cheval Blanc – Lembach !

20 Juil
20 juillet 2017

auberge-au-cheval-blanc-2-45

Repos, détente, farniente, saveurs délicates, plaisirs tranquilles et rythme ralenti, voilà le programme de l’été au Cheval Blanc – Lembach ! Mais le meilleur moyen pour profiter de tout cela en même temps, c’est de vous accorder un « Day Spa », à partager à deux.

Un programme idéal en cette saison. L’Alsace du nord se prête particulièrement à ce type d’escapade en duo, avec sa nature généreuse, sa gourmandise et son climat continental. Par exemple, voici une journée type « Day Spa » :

  1. Après être arrivé au Spa du Cheval Blanc – Lembach: vous laisser aller pour vous détendre pleinement, profiter de nos 400 m² entièrement dédiés à votre bien-être, décider de votre massage avant le déjeuner ou après…. Que de stress !
  2. Laissez venir à vous tranquillement le temps du déjeuner au Restaurant Gastronomique deux étoiles, en trois services (hors boissons).
  3. Puis retour au Spa pour une sieste intense entre les carpes koï et le jardin, le bassin du spa, le sauna, le hammam, le sanarium et la douche sensorielle.

Mais si cela vous semble trop dur de rentrer le soir et que vous sentez que le besoin de rester davantage se fait pressant, nous vous proposons le « Caprice à deux au Spa en chambre double (Boissons comprises) » pour deux nuitées de bonheur intégral ou « La Pause Gourmande en suite Balnéo » pour une nuitée de douceur et de bien-être.

Faites-vous plaisir, c’est l’été et cela passe trop vite !

Cheval Blanc – Lembach

4 rue de Wissembourg
67510 Lembach

Tél : +33 388 944 186

Réservations en ligne

Carte d’été, quel bonheur de couleur et de saveurs !

03 Juil
3 juillet 2017

cheval blanc

Nouvelle carte de Pascal Bastian au restaurant gastronomique du Cheval Blanc- Lembach. Estivale à souhait elle vous emmène vers des contrées fantasmagoriques où le soleil brille de tous ses feux !

 Le chef profite de la saison pour s’adonner aux trésors de la mer sans limite avec, en entrée, ce très délicat « Chair de tourteaux et Caviar « Osciètre », mousse légère au concombre Gel de pomme verte, huile d’olives « fruit mûr équilibre » », et en plat le « Dos de saint-pierre rôti au beurre demi-sel, coques et couteaux en persillade, Déclinaison d’artichaut, lait de coquillages aux aromates » et le maître de la saison, le « Homard bleu rôti en deux services : rôti au beurre demi-sel, variation de carottes, poire Williams et curry doux et la Pince en cappuccino relevé au gingembre ».

La viande aussi prend ses quartiers d’été dans les cuisines de Pascal avec cet « Agneau du Bourbonnais rôti aux épices tandoori, polenta au citron, Salade de févettes, olives riviera et radis aux agrumes » ou « Le Canard de Challans de chez Madame Burgaud glacé au miel épicé en deux services (pour deux personnes) : Les poitrines laquées à la bière et au miel et la Cuisse en raviole, foie gras de canard poêlé, bouillon à la livèche ».

Et en dessert la saison aussi marque les esprits et les palais avec la « Frais / huile d’olive : Meringue légère, fraises marinées au citron vert, Emulsion au citron et à l’huile d’olive, sorbet aux fraises » d’Alsace et la très locale « Rhubarbe d’Alsace : Compoté de rhubarbe dans l’esprit d’une île flottante, Mousse légère fromage blanc et citron vert, sorbet rhubarbe ».

L’été sera donc généreux, gourmand et plein de surprises, car de nouveaux plats apparaîtront au fil des mois… N’hésitez pas à consulter notre page Facebook et à vous renseigner lors de vos réservations.

 

Bonne été à tous en Alsace et ailleurs !

Cheval Blanc – Lembach

4 rue de Wissembourg
67510 Lembach

Tél : +33 388 944 186

Réservations en ligne

L’ail des ours, le réveil du printemps en cuisine par Pascal Bastian

11 Mai
11 mai 2017

Plante de sous-bois au nom de conte de fée, l’ail des ours est une plante aromatique sauvage fort prisée des Chefs et des gastronomes. Pour Pascal Bastian du Cheval Blanc – Lembach  elle marque le retour du printemps dans sa cuisine !

rouget-ail-des-ours

 Son nom lui vient du fait que les ours européens, à leur sortie de la période d’hibernation, faisaient de véritable festin de cette plante, afin de se purger. Elle est donc restée, dans l’imagerie populaire, comme véritable annonciatrice du printemps.

Dotée de feuilles vertes et tendres et de belles fleurs blanches, elle ne peut tromper le promeneur-cueilleur des sous-bois. Se présentant généralement en massifs ou en petits champs, elle dégage une odeur si caractéristique d’ail qu’il faudrait être fortement enrhumé pour ne pas la sentir.

Mais comme c’est justement ce que Pascal recherche, la cueillette bat son plein dans les forêts alentour au restaurant gastronomique du Cheval Blanc – Lembach.

« Presque tous les jours nous partons faire le plein d’ail des ours frais. Pour moi ça sent le printemps dans la forêt ! Ce parfum est inimitable et le côté « naturel » du produit est très agréable. Le goût avec les feuilles est un peu plus prononcé qu’avec de l’ail en gousse, mais se dose différemment et principalement cru.  Là où les gousses d’ail se cuisent l’ail des ours sera cru et ciselé. Nous utilisons autant les grandes feuilles pour faire du pesto que les petites pour faire des tempuras. Par exemple dans le Filet de rouget « Petit bateau » et tagliatelles d’encornets, pesto à l’ail des ours, Bouillon de volailles aux herbes fraîches, je peux ajouter très délicatement la saveur aillée sans avoir la texture de la gousse, qui ne serait pas agréable dans le pesto. Autre petit truc, nous faisons également des condiments, façon cornichons, avec les boutons de fleurs d’ail des ours. C’est très bon et cela ajoute ce petit goût typique avec une sensation en bouche très fraîche et croquante, comme des petits cornichons ou des câpres. Les feuilles peuvent être ciselées crues dans plein de préparations comme une sauce froide ou chaude, un pesto ou une salade. Mixées dans une pomme de terre écrasée, cela fait des merveilles. C’est très simple à mettre en œuvre et vous pouvez être très créatif avec. En revanche à la cuisson on perd presque toute la saveur.  » Pascal Bastian

A la cueillette, pensez quand même à bien frotter les feuilles si vous avez un doute sur la plante ! Si cela n’embaume pas l’ail immédiatement c’est que vous êtes en train de cueillir du muguet de mai, du colchique d’automne ou de l’arum. Ces plantes sont toxiques. Cependant si la plante est en floraison, il est difficile de se tromper, rassurez-vous, et faites confiance à votre nez ! Et comme toutes les plantes de la nature, l’ail des ours se lave avant utilisation.

Bonne cueillette à tous et bonne dégustation !

 

Cheval Blanc – Lembach

4 rue de Wissembourg
67510 Lembach

Tél : +33 388 944 186

Réservations en ligne